Tarek Bouchamaoui,

la volonté d’entreprendre, de père en fils

Tarek Bouchamaoui est un dirigeant d’entreprise tunisien infatigable, qui partage sa vie entre Tunis et Le Caire. Ce cinquantenaire dirige depuis 1997 HBS International, une société d’exploration et de production pétrolière et gazière en Égypte, et, depuis 2012, il anime avec sa famille à Tunis un groupe diversifié dont la tête de pont est HBG Holding.

Suivant en cela l’exemple de son père Hédi, Tarek Bouchamaoui illustre l’histoire familiale fondée sur les valeurs du travail et du don de soi. Citoyen impliqué, désireux de contribuer au progrès social et au développement de son pays, il estime que le business seul ne vaut rien s’il ne bénéficie pas aussi à la population, s’il n’est pas créateur de valeurs, d’emplois et de formations, et pourvoyeur de richesses pour ses partenaires et son pays.

Tarek Bouchamaoui,

la volonté d’entreprendre, de père en fils

Tarek Bouchamaoui est un dirigeant d’entreprise tunisien infatigable, qui partage sa vie entre Tunis et Le Caire. Ce cinquantenaire dirige depuis 1997 HBS International, une société d’exploration et de production pétrolière et gazière en Égypte, et, depuis 2012, il anime avec sa famille à Tunis un groupe diversifié dont la tête de pont est HBG Holding.

Suivant en cela l’exemple de son père Hédi, Tarek Bouchamaoui illustre l’histoire familiale fondée sur les valeurs du travail et du don de soi. Citoyen impliqué, désireux de contribuer au progrès social et au développement de son pays, il estime que le business seul ne vaut rien s’il ne bénéficie pas aussi à la population, s’il n’est pas créateur de valeurs, d’emplois et de formations, et pourvoyeur de richesses pour ses partenaires et son pays.

L’exemple du père, courage, constance, et esprit d’initiative

Tarek Bouchamaoui puise dans le roman familial et la figure emblématique paternelle sa force de caractère et son désir de prolonger l’œuvre de l’homme qui s’est révélé, bien qu’autodidacte, un bâtisseur de génie et un entrepreneur courageux. Né en 1932, Hédi Bouchamaoui travaille dès l’âge de quatorze ans. Il aime les défis, il a le sens des responsabilités et l’esprit d’initiative. Bientôt, il crée une entreprise familiale de travaux publics dans le Sud-Est tunisien, à Bouchama, d’où il est originaire. Il se spécialise très vite dans les infrastructures hydrauliques, et l’aménagement et le développement de terrains agricoles sur tout le territoire tunisien et jusqu’en Libye. Des projets de grande envergure lui sont attribués, il emploie jusqu’à 5 000 personnes. Son audace, sa rigueur et le respect de la parole donnée font de lui un partenaire fiable et intègre, ce qui lui donne accès au secteur très fermé de l’industrie pétrolière. En 1968, l’entreprise s’oriente vers la pose de pipelines de pétrole brut et de gaz et change sa dénomination en « Bouchamaoui Activités Pétrolières ». L’année 1984 est décisive pour la société BAP qui se voit confier la construction d’une plateforme pétrolière au large du golfe de Gabès. Elle est la première entreprise tunisienne à se distinguer dans ce domaine. Hédi Bouchamaoui décèdera en 2009.

Père de Tarek Bouchamaoui

Professionnalisme et ouverture sur le monde

Si le père de Tarek Bouchamaoui est mû par une ardeur exemplaire au travail, il est aussi soucieux de transmettre à ses trois fils et quatre filles la fibre entrepreneuriale. Pendant les vacances, il les envoie en stage dans ses entreprises. La voie de Tarek Bouchamaoui semble donc toute tracée pour perpétuer la saga familiale, car il se passionne pour les diverses activités de son père qu’il admire. Sur ses conseils, une fois le baccalauréat en poche, il poursuit ses études à l’Université d’État du Michigan, aux États-Unis, où il obtient son diplôme d’ingénieur en 1991. Sur les sept frères et sœurs, six suivent un cursus universitaire outre-Atlantique. À fréquenter les Américains pour ses affaires, leur père avait compris, outre l’importance de pratiquer l’anglais, que leur système de fonctionnement rigoureux formait d’excellents professionnels. Attaché à cette exigence de professionnalisme pour lui-même, il souhaitait l’inculquer à ses enfants tout en les ouvrant au monde. Ainsi auraient-ils tous les atouts en main pour prendre sa suite.

L’exemple du père, courage, constance, et esprit d’initiative

Tarek Bouchamaoui puise dans le roman familial et la figure emblématique paternelle sa force de caractère et son désir de prolonger l’œuvre de l’homme qui s’est révélé, bien qu’autodidacte, un bâtisseur de génie et un entrepreneur courageux. Né en 1932, Hédi Bouchamaoui travaille dès l’âge de quatorze ans. Il aime les défis, il a le sens des responsabilités et l’esprit d’initiative. Bientôt, il crée une entreprise familiale de travaux publics dans le Sud-Est tunisien, à Bouchama, d’où il est originaire. Il se spécialise très vite dans les infrastructures hydrauliques, et l’aménagement et le développement de terrains agricoles sur tout le territoire tunisien et jusqu’en Libye. Des projets de grande envergure lui sont attribués, il emploie jusqu’à 5 000 personnes. Son audace, sa rigueur et le respect de la parole donnée font de lui un partenaire fiable et intègre, ce qui lui donne accès au secteur très fermé de l’industrie pétrolière. En 1968, l’entreprise s’oriente vers la pose de pipelines de pétrole brut et de gaz et change sa dénomination en « Bouchamaoui Activités Pétrolières ». L’année 1984 est décisive pour la société BAP qui se voit confier la construction d’une plateforme pétrolière au large du golfe de Gabès. Elle est la première entreprise tunisienne à se distinguer dans ce domaine. Hédi Bouchamaoui décèdera en 2009.

Professionnalisme et ouverture sur le monde

Si le père de Tarek Bouchamaoui est mû par une ardeur exemplaire au travail, il est aussi soucieux de transmettre à ses trois fils et quatre filles la fibre entrepreneuriale. Pendant les vacances, il les envoie en stage dans ses entreprises. La voie de Tarek Bouchamaoui semble donc toute tracée pour perpétuer la saga familiale, car il se passionne pour les diverses activités de son père qu’il admire. Sur ses conseils, une fois le baccalauréat en poche, il poursuit ses études à l’Université d’État du Michigan, aux États-Unis, où il obtient son diplôme d’ingénieur en 1991. Sur les sept frères et sœurs, six suivent un cursus universitaire outre-Atlantique. À fréquenter les Américains pour ses affaires, leur père avait compris, outre l’importance de pratiquer l’anglais, que leur système de fonctionnement rigoureux formait d’excellents professionnels. Attaché à cette exigence de professionnalisme pour lui-même, il souhaitait l’inculquer à ses enfants tout en les ouvrant au monde. Ainsi auraient-ils tous les atouts en main pour prendre sa suite.

Professionnalisme et ouverture sur le monde

Si le père de Tarek Bouchamaoui est mû par une hargne exemplaire au travail, il est aussi soucieux de transmettre à ses trois fils et quatre filles la fibre entrepreneuriale. Pendant les vacances, il les envoie en stage dans ses entreprises. La voie de Tarek Bouchamaoui semble donc toute tracée pour perpétuer la saga familiale, car il se passionne pour les diverses activités de son père qu’il admire. Sur ses conseils, une fois le baccalauréat en poche, il poursuit ses études à l’Université d’État du Michigan, aux États-Unis, où il obtient son diplôme d’ingénieur en 1991. Sur les sept frères et sœurs, six suivent un cursus universitaire outre-Atlantique. À fréquenter les Américains pour ses affaires, leur père avait compris, outre l’importance de pratiquer l’anglais, que leur système de fonctionnement rigoureux formait d’excellents professionnels. Attaché à cette exigence de professionnalisme pour lui-même, il souhaitait l’inculquer à ses enfants tout en les ouvrant au monde. Ainsi auraient-ils tous les atouts en main pour prendre sa suite.

Un apprentissage progressif, à tous les postes

De retour en Tunisie, Tarek Bouchamaoui fait ses preuves dans deux sociétés de son père en parallèle, Bouchamaoui Activités Pétrolières et une usine de filature. Il y occupe tous les postes successivement (de manœuvre, de contremaître, d’ingénieur, de superviseur, etc.) afin d’acquérir une solide expérience. Il suit les chantiers, il assure l’exécution des projets, il structure et contrôle les dépenses opérationnelles, et il contribue activement à l’élaboration de la stratégie de groupe et à la mise en œuvre de synergies. Fort de cette première expérience à dimensions multiples, en 1993, il prend la direction générale exécutive de HBS Oil Company (Hédi Bouchamaoui & Sons), que Hédi Bouchamaoui vient de fonder ayant acquis un permis de recherche. C’est la première compagnie privée d’exploitation et de production d’hydrocarbure en Tunisie et en Afrique. Dans cette entreprise, il acquiert une expérience étendue supervisant toutes les étapes, depuis la phase d’exploration jusqu’au forage. Malheureusement, la production de pétrole et de gaz ne répond pas aux espoirs de l’entreprise.

directeur général de HBS International Egypte

Cette expérience dans l’exploration d’hydrocarbure va toutefois lui permettre de rebondir. Elle va en effet constituer une précieuse référence qui permettra à Hédi et Tarek Bouchamaoui de remporter un appel d’offres de prospection pétrolière en Égypte. A la suite de cet appel d’offres, et pour mettre en oeuvre les permis de recherche qui en résultent, Hédi Bouchamaoui crée, au Caire, en 1997, la société HBS International Égypte et Tarek en devient le directeur général et actionnaire en compagnie des autres membres de sa famille.

C’est le démarrage d’une superbe aventure humaine et professionnelle pour lui, et un succès important pour l’entreprise, dont le niveau de production atteindra jusqu’à 25 000 barils par jour.

En 2017, la société exploite divers gisements de pétrole et de gaz et elle dispose encore de quatre permis de recherche. Elle est source d’emplois et de formations spécialisées pour 250 personnes. Elle requiert l’attention permanente de Tarek Bouchamaoui qui, pour cette raison, a élu domicile au Caire où il réside principalement depuis de nombreuses années.

Usine d'hydrocarbure
Usine d'hydrocarbure
Ouvriers dans une usine d'hydrocarbure

directeur général de HBS International Egypte

Cette expérience dans l’exploration d’hydrocarbure va toutefois lui permettre de rebondir. Elle va en effet constituer une précieuse référence qui permettra à Hédi et Tarek Bouchamaoui de remporter un appel d’offres de prospection pétrolière en Égypte. A la suite de cet appel d’offres, et pour mettre en oeuvre les permis de recherche qui en résultent, Hédi Bouchamaoui crée, au Caire, en 1997, la société HBS International Égypte et Tarek en devient le directeur général et actionnaire en compagnie des autres membres de sa famille.

C’est le démarrage d’une superbe aventure humaine et professionnelle pour lui, et un succès important pour l’entreprise, dont le niveau de production atteindra jusqu’à 25 000 barils par jour.

En 2017, la société exploite divers gisements de pétrole et de gaz et elle dispose encore de quatre permis de recherche. Elle est source d’emplois et de formations spécialisées pour 250 personnes. Elle requiert l’attention permanente de Tarek Bouchamaoui qui, pour cette raison, a élu domicile au Caire où il réside principalement depuis de nombreuses années.

Usine d'hydrocarbure
Usine d'hydrocarbure
Ouvriers dans une usine d'hydrocarbure

Création à Tunis de HBG Holding. La diversification des activités

À la suite de la révolution tunisienne, le groupe Bouchamaoui, qui s’était jusqu’alors tenu à l’écart de la vie tunisienne des affaires, décide de participer pleinement à la nouvelle ère ouverte après la chute de Ben Ali.

 

Le rapatriement à Tunis depuis Le Caire de capitaux d’une valeur importante permet, en 2012, la création de HBG Holding et le développement d’investissements substantiels dans les secteurs de l’automobile, l’agriculture, la distribution, l’immobilier, les services financiers, la restauration rapide, etc. À cette occasion, le mode de gouvernance de la société abandonne la gestion familiale pour un mode « corporate », dissociant la gestion de l’opérationnel et gestion stratégique. Des compétences qualifiées externes sont recrutées pour gérer l’opérationnel, tandis que la famille Bouchamaoui (en qualité d’actionnaires et membres du conseil d’administration) en définit les orientations stratégiques et les futurs investissements et acquisitions.

Deux projets ambitieux et prometteurs dans le Sud-est tunisien

Ainsi, deux projets ambitieux et novateurs, comme les affectionnait Hédi Bouchamaoui, voient leur aboutissement dans le Sud-Est tunisien, région dont la famille est originaire. Le premier concerne le développement de 750 hectares de terres agricoles en arboricultures dans la région de Matmata (gouvernorat de Gabès), qui est connue pour son microclimat et ses récoltes précoces. Le second vise à s’inscrire dans le développement des énergies renouvelables, grâce à la construction d’une centrale solaire photovoltaïque d’une capacité de 10 MW sur un terrain de vingt hectares. La mise en exploitation est prévue pour janvier 2020.

L’importance de jouer un rôle économique et sociétal

Si Tarek Bouchamaoui marche dans les pas de son père avec la même droiture, la même volonté d’innover et le même investissement personnel, il a aussi hérité de son amour pour la patrie et de son sens de la générosité au service de l’ensemble de la société. Il est ainsi vice-président du Réseau Entreprendre Tunisie, dont la vocation est de contribuer à la réussite de nouveaux entrepreneurs créateurs d’emplois et de richesses. En cela, sa vision est partagée par sa sœur Ouided Bouchamaoui, présidente de l’Union Tunisienne de l’Industrie du Commerce et de l’Artisanat (UTICA) depuis 2011 et lauréate, en 2015, du prix Nobel de la Paix avec le quartet du Dialogue national tunisien. Ce prix est venu récompenser toutes les actions menées aux fins d’une transition démocratique et pacifique en Tunisie.

D’autres entreprises tunisiennes ont, aujourd’hui, la même préoccupation d’un rôle plus large que leur propre activité économique. Tarek et sa famille, en cela guidés par leur père, furent des précurseurs et ils cultivent l’espérance d’être bientôt suivis et relayés dans cet effort collectif par un plus grand nombre.

L’importance de jouer un rôle économique et sociétal

Si Tarek Bouchamaoui marche dans les pas de son père avec la même droiture, la même volonté d’innover et le même investissement personnel, il a aussi hérité de son amour pour la patrie et de son sens de la générosité au service de l’ensemble de la société. Il est ainsi vice-président du Réseau Entreprendre Tunisie, dont la vocation est de contribuer à la réussite de nouveaux entrepreneurs créateurs d’emplois et de richesses. En cela, sa vision est partagée par sa sœur Ouided Bouchamaoui, présidente de l’Union Tunisienne de l’Industrie du Commerce et de l’Artisanat (UTICA) depuis 2011 et lauréate, en 2015, du prix Nobel de la Paix avec le quartet du Dialogue national tunisien. Ce prix est venu récompenser toutes les actions menées aux fins d’une transition démocratique et pacifique en Tunisie.

D’autres entreprises tunisiennes ont, aujourd’hui, la même préoccupation d’un rôle plus large que leur propre activité économique. Tarek et sa famille, en cela guidés par leur père, furent des précurseurs et ils cultivent l’espérance d’être bientôt suivis et relayés dans cet effort collectif par un plus grand nombre.

Une Fondation pour l’éducation en l’honneur du père

En 2016, Tarek Bouchamaoui, en compagnie de ses frères et sœurs, crée la Fondation Hédi Bouchamaoui pour poursuivre, en toute transparence, dans un cadre juridique affecté à cette fin, l’engagement de leur père dans le domaine de l’éducation et la culture. La Fondation a ainsi permis de rénover et moderniser douze écoles primaires dans la région de Gabès. Lors des rentrées scolaires 2016/2017 et 2017/2018, elle a lancé l’opération “Cartables pour tous” qui a permis d’offrir des cartables munis de fournitures aux élèves de plusieurs écoles de cette région. Le 8 novembre 2017, en partenariat avec la Direction régionale de l’Éducation, la Fondation a participé à un séminaire d’étude sur le  thème « Comment améliorer les résultats du Baccalauréat dans la région de Gabès », avec l’espérance d’en tirer des conclusions, et de les diffuser, à l’échelle de l’ensemble du pays. Enfin, la Fondation a vocation à étendre son action dans le domaine de la santé, et notamment en direction et au sein des hôpitaux.

Père de Tarek Bouchamaoui

Une Fondation pour l’éducation en l’honneur du père

En 2016, Tarek Bouchamaoui, en compagnie de ses frères et sœurs, crée la Fondation Hédi Bouchamaoui pour poursuivre, en toute transparence, dans un cadre juridique affecté à cette fin, l’engagement de leur père dans le domaine de l’éducation et la culture. La Fondation a ainsi permis de rénover et moderniser douze écoles primaires dans la région de Gabès. Lors des rentrées scolaires 2016/2017 et 2017/2018, elle a lancé l’opération “Cartables pour tous” qui a permis d’offrir des cartables munis de fournitures aux élèves de plusieurs écoles de cette région. Le 8 novembre 2017, en partenariat avec la Direction régionale de l’Éducation, la Fondation a participé à un séminaire d’étude sur le thème « Comment améliorer les résultats du Baccalauréat dans la région de Gabès », avec l’espérance d’en tirer des conclusions, et de les diffuser, à l’échelle de l’ensemble du pays. Enfin, la Fondation a vocation à étendre son action dans le domaine de la santé, et notamment en direction et au sein des hôpitaux.

Père de Tarek Bouchamaoui

Le football, une passion mais également un levier  

pour le rayonnement de l’Afrique

Homme de passions et d’engagements, pour sa famille, ses entreprises, son pays et sa région natale, Tarek Bouchamaoui ne se contente pas de parcourir le monde pour ses affaires et de pérenniser l’œuvre industrielle et humanitaire de son père. Il a une autre passion, plus personnelle, pour le football qui l’a amené, au fil des années, aux plus hautes fonctions.

Depuis 2011, il fait partie du comité exécutif de la CAF (Confédération Africaine de Football) et, depuis 2015, il est membre du conseil d’administration de la FIFA (Fédération Internationale de Football Association). À l’image de son combat pour participer au redressement de l’économie tunisienne, il forme le rêve de relever le niveau des compétitions africaines, et de permettre à l’Afrique de jouer rapidement sur ce terrain un rôle sur l’échiquier du monde.

Le football, une passion mais également un levier  

pour le rayonnement de l’Afrique

Homme de passions et d’engagements, pour sa famille, ses entreprises, son pays et sa région natale, Tarek Bouchamaoui ne se contente pas de parcourir le monde pour ses affaires et de pérenniser l’œuvre industrielle et humanitaire de son père. Il a une autre passion, plus personnelle, pour le football qui l’a amené, au fil des années, aux plus hautes fonctions.

Depuis 2011, il fait partie du comité exécutif de la CAF (Confédération Africaine de Football) et, depuis 2015, il est membre du conseil d’administration de la FIFA (Fédération Internationale de Football Association). À l’image de son combat pour participer au redressement de l’économie tunisienne, il forme le rêve de relever le niveau des compétitions africaines, et de permettre à l’Afrique de jouer rapidement sur ce terrain un rôle sur l’échiquier du monde.